Reflexodrôme

 

La fin du Che

 

3 novembre 66 : le Che franchit la frontière bolivienne, et rejoint la forêt vierge de Nancahuasu, tout près du Paraguay. Objectif : ouvrir un nouveau foyer révolutionnaire en Amérique latine, pour ainsi "créer deux, trois, de nombreux Viêt Nam..".

Dans le maquis, l'attendent des guérilleros cubains, boliviens, péruviens... Quelques dizaines d'hommes. Beaucoup moins que prévu. Le parti communiste bolivien, censé soutenir le mouvement, y a renoncé sur ordre de Moscou. Dans un contexte de détente est-ouest, les Soviétiques ne souhaitent pas déstabiliser le sous-continent américain. Ils ont mis leur veto à l'opération.
Les renforts attendus ne viendront pas.

Autre coup dur : les autorités boliviennes, alertées par la CIA, ont déjà entamé la traque. Localisés, les guérilleros abandonnent leur base au printemps 67 et démarrent les opérations militaires bien avant la date prévue.

Onze mois durant, la poignée de rebelles parcourent la montagne . À leurs trousses,
4 000 soldats entraînés et équipés par les Américains. Succès, défaites...
la progression se révèle de plus en plus difficile. Les hommes meurent, l'asthme tenaille le Che. Plus grave : la population, censée rallier progressivement le mouvement, se montre indifférente, voire hostile.

Les mois passent, l'espoir s'éloigne. À l'automne 67, Guevara sait que la lutte est sans issue. Il ne reste à ses côtés qu'une vingtaine d'hommes épuisés et découragés.

E ngagés dans la Quebrada del Churo, une vallée étroite et encaissée située à 200 kilomètres au sud-ouest de Santa-Cruz, la colonne est bloquée, le 8 octobre au matin, par plus de 300 rangers. La lutte s'engage, inégale. À treize heures, deux guérilleros sont capturés. L'un d'eux s'asseoit par terre. Il est blessé et désarmé.

"Je suis Che Guevara.
Ne vous inquiétez pas.
Tout est terminé."

Volontaire pour exécuter le Che, le sous-officier Mario Teran pénètre dans la salle de classe tenant lieu de cellule. Il est ivre et visiblement effrayé. Le Che l'apostrophe : Tire poltron, c'est un homme que tu vas tuer !
Par deux fois Teran fait feu, le Che s'effondre les yeux grand ouverts.